Les présidents de jury

6e Prix Denis-Lalanne

Millésime 2017

Mme Anne Nivat

Grand reporter indépendante

Lauréate du Prix Albert-Londres

Il sera peut-être écrit un jour qu’Anne Nivat est devenue la première femme à présider le jury du Prix Denis-Lalanne. Ce qui revenait à placer le sixième millésime sous un regard exigeant, pour lequel chaque mot compte, et chaque chiffre pèse… Le B-A BA du métier, en somme, qu’elle a elle-même pratiqué afin de décrocher le célèbre Prix Albert-Londres en 2000, au terme d’un long reportage consacré à la guerre en Tchétchénie. Cette spécialiste des conflits a aussi reçu le Prix littéraire de l’armée de terre-Erwan Bergot 2004 pour son livre Lendemains de guerre en Afghanistan et en Irak.

Cristel Éditeur d’Art/Émilie Hautier

5e Prix Denis-Lalanne

Millésime 2016

Éric Revel

Directeur général de France Bleu

Certains lecteurs se le rappellent : il a signé, en 1989, un livre joliment titré Libre arbitre : ni plus ni moins que l’histoire de Jacques Dorfmann, célébrissime arbitre devenu directeur du tournoi de Roland-Garros de 1969 à 1988. Autant dire que la passion d’Éric Revel pour le tennis n’est pas nouvelle. Elle se conjugue avec sa passion pour l’information et la presse — à la vérité, toute forme de presse, puisqu’il a servi avec bonheur la presse écrite, la radio et la télévision. Aujourd’hui, il dirige les quarante-quatre radios publiques du réseau France Bleu.

Eric Fottorino

Cristel Éditeur d’Art/Émilie Hautier

4e Prix Denis-Lalanne

Millésime 2015

M. Alain Frachon

Directeur éditorial du quotidien Le Monde

Éditorialiste à France Inter

Les auditeurs de France Inter comme les lecteurs du Monde le tiennent pour ce qu’il est : un spécialiste de la géopolitique curieux du passé, du présent, de l’avenir. Un observateur qui compte, et qui fut longtemps correspondant à Londres, Téhéran, Washington pour l’Agence France-Presse. Mais ce que l’on sait moins, c’est qu’il fut aussi, et qu’il reste, un pratiquant passionné de tennis. Il l’avoue : jeune, il a rêvé de devenir un champion, disputant plusieurs matchs sur la terre battue de Roland-Garros. Puis il a compris ce qu’il lui manquait : le revers lifté de Guy Forget !

Jacques Camus

Cristel Éditeur d’Art/Émilie Hautier

3e Prix Denis-Lalanne

Millésime 2014

M. Gilles van Kote

Directeur du quotidien Le Monde

Si Gilles Van Kote n’était pas cet homme modeste et convivial, il pourrait s’enorgueillir d’un parcours unique dans l’histoire de la presse française. N’est-il pas devenu le prestigieux directeur du Monde après avoir commencé sa carrière, non dans la culture, non dans la politique ou l’économie, mais dans le compagnonnage joyeux des journalistes de sports ? Ce qui était inviter, évidemment, au dépassement de soi, à la rigueur, à l’abnégation. Autant de vertus qui sont devenues les siennes, et qui permet au Prix Denis-Lalanne d’accueillir un président de jury au sens strict exemplaire.

Jean-Marie Tasset

Cristel Éditeur d’Art/Émilie Hautier

2e Prix Denis-Lalanne

Millésime 2013

M. Frédéric Taddeï

Journaliste

Animateur de radio et de télévision

Il a souvent raconté qu’il aurait dû connaître la destinée d’un cancre, s’inscrivant six fois dans différentes facultés sans jamais dépasser le stade de la première année ! Instable ? Sans doute. Mais profondément attiré par la culture, les musées et les mots. Aussi commence-t-il à écrire, signant des articles dans Maintenant, Actuel, L’Idiot international, Le Figaro magazine. En parallèle, il s’essaie aux chroniques radiophoniques, sur Europe 1, sur France Culture. Puis il découvre la télévision par l’intermédiaire de Canal +. On l’aura compris : Frédéric Taddeï est un brillant touche à tout.

Cristel Éditeur d’Art/Émilie Hautier

1er Prix Denis-Lalanne

Millésime 2012

 

M. Jean Gachassin

Président de la Fédération Française de Tennis

C’est peu dire que sa vie tient du roman. Pour l’essentiel, une vie d’amitié et de sport, marquée par une première sélection en équipe de France de rugby à tout juste dix-neuf ans. Puis vinrent trente et une autres sélections nationales — et même l’admiration du général de Gaulle : « Monsieur Gachassin, je vous applaudis souvent à la télévision » ! Après quoi, Jean Gachassin, huissier de justice dans le civil, se passionna pour le tennis. Jusqu’à accepter, en 2009, la présidence de la fédération. Un parcours unique. Un destin de légende.

Les présidents de jury : Jacques Marchand

Cristel Éditeur d’Art/Émilie Hautier